Mère au foyer, au secours ! 27

27

Quand le week-end arrive, vous vous dites « chouette ! On va pouvoir se retrouver en famille. » Vous pensez que l’homme va prendre un peu la relève avec les enfants. On les a faits à deux, tout de même ! (enfin, surtout vous). Vous pensez que les enfants, eux, vont ranger leur chambre, trier leur linge sale, faire toutes les petites choses qu’ils n’ont pas eu le temps de faire en semaine car tous étaient trop occupés à l’extérieur. Vous vous levez le samedi matin, ravigotée par cette idée. Et vous avez besoin de P-O-S-I-T-I-V-E-R, surtout après le rendez-vous d’hier. En ce moment, votre numéro deux est en pleine rébellion. Bon d’accord, ça vous a permis de papoter avec la principale du lycée (que vous connaissez bien). Elle vous a convoqué suite à un incident survenu en cours d’Arts plastiques. La prof leur avait demandé de dessiner un objet symbolique d’une image choisie qui tiendrait en format A3. Et votre fifille adorée a osé réaliser un cône. Oui, elle a osé agrandir le cône de Bob Marley. Oh ! Scandale ! Et du coup, ce n’est pas passé inaperçu. Donc vous avez eu droit à une invitation au lycée afin de savoir si votre enfant avait des problèmes de drogue ; non, pas de problème de drogue, mais en pleine crise de revendication, oui ! La prof n’a pas du tout aimé. Vous, vous vous êtes retenue de rire. Vous avez trouvé ça très drôle.

Pendant que vous repensez à tout ça, votre moitié ronfle toujours dans le lit conjugal. La maison peut bien s’écrouler rien ne peut le perturber. Vous montez à l’étage vous préparer un bon café, chose primordiale pour démarrer une journée. Vous pensez vous poser quelques minutes, seule dans la cuisine, mais des petits pas se font entendre dans la chambre du dernier. Vous n’avez pas eu le temps de vous servir votre petit noir qu’il vous appelle. « Maman !!! Je suis réveillé ! » Vous vous dépêchez de grimper les escaliers qui mènent aux chambres des enfants avant qu’il ne réveille pas toute la tribu. Vous le trouvez assis dans son lit en train de jouer avec sa Nintendo. Vous l’embrassez et lui demandez de vous suivre pour qu’il laisse dormir son frère et ses sœurs, qui elles, sont rentrées tard ou tôt ce matin. En vous le levant, vous avez failli les croiser dans le couloir.

Vous préparez le petit déjeuner de votre petite fripouille. Vous allez pour vous servir un café quand vous entendez une voix d’outre-tombe : « chériiiee, tu peux descendre ? C’est urgent ! »

Vous vous précipitez afin de voir de quoi il en retourne. Vous trouvez votre cher et tendre, dixit le sexe fort, agonisant sur le lit. « Chérie, je suis malade ! Je crois que j’ai de la température ! »

Sans un mot, vous êtes déjà énervée, vous allez lui chercher le thermomètre et remontez boire votre café.

L’homme monte enfin vous rejoindre, la tête enfarinée, les yeux mi-clos. Il vous tend le thermomètre comme un trophée : 38.9 °C.

Non, l’homme ne simule pas, enfin vous vous le demandez, parfois quand Il est à l’article de la mort car ça tombe toujours le week-end. Vous l’avez compris, les deux jours en famille seront à l’image de la semaine : bouillante !

On en reparle plus tard, c’est au tour des filles, maintenant, de vous solliciter !!!

Texte© Laura Mare

À suivre !

Panier

Le panier est vide