Mère au foyer, au secours ! 29

29

Devinez ? Aujourd’hui, vous sortez ! Vous allez passer une journée entière hors de chez vous !!! Courir les boutiques, déjeuner au resto, sans mari, sans enfants (pour une fois). Oui, mais voilà, il va falloir vous organiser.

Chez vous ? Comment cela se passe-t-il quand l’homme garde les enfants une journée complète ?

Au ministère, ce n’est pas terrible…

Déjà avant de partir, vous prenez soin de lui faire des listes, vous lui collez des post-its un peu partout : sur la porte du frigo, sur le lave-vaisselle, sur le lave-linge, etc. Oui, vous lui facilitez la vie. Mais, l’un des gros défauts de l’homme (même si l'on sait toutes qu’il en a d'autres) est qu’il ne sait pas chercher. Hier, par exemple, vous lui avez demandé de faire tourner le lave-vaisselle ; il n’a pas pu le mettre en route car il ne trouvait pas les pastilles de lavage. Si vous avez le malheur de lui demander de dresser le couvert, il ne sait jamais où se trouve les assiettes. Vous avez l'impression qu'il est en touriste dans sa propre maison. J’exagère un peu, mais avouez que je ne suis pas loin de la vérité. L’homme est pragmatique dans ce qu’il aime faire et non quand vous le sollicitez. Vous vous posez même des questions : ruse-t-il afin que vous fassiez les choses à sa place ou est-il vraiment perdu dans votre environnement ?

Donc, le plus sage quand vous devez vous absenter du ministère (chose qui arrive rarement voire jamais), vous prenez le temps de tout préparer et de tout noter, sinon les enfants seraient perdus et lui avec, bien entendu !

Vous réunissez toute la tribu et vous leur faites mille recommandations. Tous, vos fripouilles et votre cher et tendre, acquiescent de la tête et vous lance : « t’inquiètes, on gère !!! »

Vous embrassez tout le monde comme si vous partiez pour dix jours, et vous sortez enfin de votre antre étouffant. Dans votre for intérieur, vous êtes tout de même inquiète de les quitter. Cependant, vous les chassez de votre esprit afin d’apprécier cette liberté tant méritée.

Deux heures se sont à peine écoulées que votre portable vous annonce un premier SMS de l’homme : OÙ AS-TU RANGÉ LE DESTOP ?  

Pourquoi a-t-il besoin de Destop ? Rien n’était bouché avant votre départ. Vous ignorez son message malgré le stress qui monte en vous.

Vous continuez vos emplettes comme si de rien n’était (enfin vous essayez). Mais, l’homme est tenace et il vous renvoie un second SMS : TU NE ME RÉPONDS PAS ?

NON !!! Vous ne répondez pas ! Vous tenez bon ! Pourtant, vous commencez à craquer nerveusement. Vous faites appel à votre self-control (toujours légendaire), vous respirez profondément et vous continuez, mais l’esprit perturbé. Vous regardez les boutiques sans les voir. L’envie n’est plus au plaisir, mais au foyer.

Votre Smartphone vous chante un troisième SMS : MAM’S, TU RENTRES QUAND ? J’AI FAIM !

Comment votre ado n’a pas encore mangé ? Ce n’est pas possible, vous aviez tout préparé…

Vous tentez désespérément de feindre le détachement affectif, mais vous êtes au bord de la crise de nerfs. Même à l’extérieur, le burn-out vous guette.

Finalement, votre plaisir est gâché et vous préférez rentrer.

Quand vous ouvrez la porte, ils se jettent tous sur vous comme si vous étiez leur sauveur. Tous parlent en même temps. Vous retrouvez un ministère sens dessus dessous, mais ce n’est pas bien grave car vous l’avez compris, sans vous ils sont perdus.

Tout ça pour vous dire, chères supermamans, que vous êtes formidables. Sans vous le monde s’écroule, ou plutôt le ministère. Je vous souhaite à toutes une « belle fête des Mères » bien méritée.

Texte©Laura Mare

À suivre !

Panier

Le panier est vide