Mère au foyer, au secours ! 18

18

Quand l’homme sort le barbecue, ça veut dire, c’est M-O-I qui cuisine. Vous devriez vous dire, « chic, pas de casseroles à nettoyer. Ahah ! Vous croyez ? Eh bien, vous allez comprendre :

Tout d’abord, avant de démarrer son feu, il lui manque toujours quelque chose : le charbon de bois, les allumettes, la plaque à grillades,…Donc, même quand il se met devant son « fourneau » préféré, il vous sollicite. À vrai dire, il ne sait rien faire tout seul. Bon, vous le laissez croire tout de même, cela lui donne de l’importance et il est heureux comme un enfant. Cependant, le nombre de fois que vous avez mangé des grillades carbonisées ou pas assez cuites, ne se compte plus. Mais, l’homme aime s'occuper du barbecue, alors vous vous taisez (pour ne pas changer). S’il pouvait le faire au petit déjeuner, il ne s’en priverait pas. Il adore jouer avec les allumettes ; cela doit être des restes de ses origines de Neandertal.

Quand le feu parvient enfin à  démarrer, vous devez surveiller à la fois votre progéniture, et l'homme. Il est tellement distrait qu’il a déjà manqué une fois ou deux de faire cramer, l’été dernier, les lauriers-roses de la résidence où vous étiez. À ce sujet, vous adoriez y aller, mais depuis cet accident domestique, vous n’avez pas osé y remettre même un pied ; pyromane, certes, mais pas dégourdi. D’abord, même s’il est en tort, c’est toujours de la faute des autres. On dit bien qu’il est le chef de la tribu, même si c’est vous qui gérez le ministère.

Depuis que vous vivez avec lui, vous le connaissez par cœur et vous savez d’avance comment ceci va se terminer. Heureusement que vous avez pensé à tout, au cas où…(comme d’habitude).

Pendant que l’homme se bat avec son feu, vous rentrez dans votre grotte ou plutôt à l’intérieur pour préparer une grosse salade composée et un paquet de chips. Bien évidemment, vous avez sollicité les enfants afin qu’ils s’éloignent du danger.

Vous entendez votre cher et tendre râler…Puis, plus rien ! Inquiète, vous allez vous enquérir de savoir si tout va bien. Vous trouvez l’homme trempé des pieds à la tête, arrosant le barbecue, qui a encore failli prendre feu.
Il est tellement désespéré que cela vous donne plus envie de l’embrasser que de l’étrangler (pour une fois).

Vous le regardez se débattre avec ce qui devait être des grillades et pour ne pas qu’il perde la face devant les enfants, vous criez : « À table, pour fêter les vacances, à midi, c’est chips-jambon pour tout le monde ! »

Les enfants sont heureux et l’homme vous est reconnaissant de ne l’avoir pas ridiculisé, mais il ne vous le dira pas…

Texte© Laura Mare

À suivre !

Panier

Le panier est vide