Régulièrement, vous aurez en page d’accueil, de petits éditos exprimant mes humeurs, mes émotions, mes coups de gueule, mes petits bonheurs ; toujours avec franchise, sans langue de bois !

Spectacle inédit dans ma boîte aux lettres !

Dame mésange s'est installée à la maison où plutôt dans ma boîte aux lettres. Qu'elle ne fut pas ma surprise ce matin ! Elle était là, lovée dans son nid tout doux en train de pondre ses oeufs. Combien y en aura-t-il ? Ce sera une autre surprise. La nature m'a gâté...Tout a commencé le mardi après Pâques. En allant récupérer mon courrier, j'ai découvert un nid en pleine construction...En seulement deux petits jours, elles avaient élu domicile en ce lieu insolite. Il a fallu dans l'urgence que je m'organise pour ne pas perturber leur travail. J'ai mis un petit mot à mon cher facteur afin qu'il dépose les lettres ailleurs. Et puis, curieuse par ce qui m'attendait, j'ai régulièrement photographié le nid, qui devenait de plus en plus gros. Quel boulot pour de si petites mésanges ! En tout cas, pour moi, c'est un beau présage de bonheur.

En attendant la suite, je vous souhaite une belle journée. La mienne est déjà comblée !;)

 Laura Mare

 

Photo @ Laura Mare

 

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

PAPA, alors on l’écrit cette bafouille ?

Eh oui, il n’est jamais trop tard pour le faire ! Une bafouille, oui ! Il serait temps !

Il y a quelques années tu me l’as demandé. Il y a quelques années, tu m’as demandé d’écrire une longue bafouille sur ta vie. Je n’ai jamais pris le temps, le temps de le faire. Pourtant, j’aurais dû. Je n’ai pas d’excuse. A-t-on une excuse face aux gens qu’on aime et qui nous quittent ? NON ! J’aurais dû m’y atteler lorsque tu as insisté. OUI, j’aurais dû…

Allez, tu es prêt ? On l’écrit cette bafouille ? Nous avons suffisamment perdu de temps, toi et moi, n’est-ce pas, papa ?

Né une nuit de juillet 1944. Le 28 ? Le 29 ? C’était aux alentours de minuit, paraît-il. Pfff !!!! Personne n’a jamais su, personne n’a jamais vraiment voulu savoir. Né à Lyon sur fin de deuxième guerre mondiale. Né sans amour. Né tout court…d’un père obsédé du sexe, un coureur de jupons comme on disait à l’époque et d’une mère perdue dans la tourmente de la guerre, déjà orpheline de naissance, déracinée de sa Corse natale. Alors, à quoi bon ressasser leur histoire puisque la tienne est suffisamment douloureuse.

Numéro 10. Porte bonheur pour un joueur de football de l’équipe de France. Pour toi, le numéro 10 n’est pas signe de bonheur, c’est juste un numéro supplémentaire dans la fratrie. Le dixième garçon envahit une famille déjà déchirée, déjà perdue, déjà appauvrie par le manque de tout, le manque d’amour, le manque d’argent…Mais tu es là, tu es venu au monde pour te battre, tu veux vivre et tu es né cette nuit de juillet 1944 sans rien demander à personne. Pourquoi d’ailleurs, aurais-tu demandé quoi que ce soit ? C’est lui, ton père, déjà fils illégitime du maire de Lyon de l’époque, Pradel, qui impose les règles lorsqu’il surgit dans l’appartement familial…Elle, ta mère n’a rien à dire. Elle doit subir les sautes d’ « humeur » de l’homme de la maison, comme c’était le cas autrefois.

Je ne raconterai pas ton parcours, ni ta vie. Elle a été suffisamment difficile. Juste te dire à travers ces quelques lignes que tu me manques toujours. Je t’entends encore dire, en écoutant Jean Ferrat, fier de moi : « c’est ma fille, elle écrit des bafouilles. »

Texte@Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les bonnes adresses de Laura Mare

Petit guide des bonnes adresses stéphanoises. Si,si, il en existe, je vous l’assure ! Il n’y a pas que Paris ou Lyon dans la vie !

Aujourd’hui, je vous emmène chez ma jumelle. Oui, nous sommes nées le même jour. Ce n’est pas incroyable, ça ? Bon il est vrai, j’avoue, avec tout de même quelques années de différence.

Nous allons donc chez Marlène Casteyo. Elle est gérante de  L’inévitable, qui soit dit en pensant aurait pu s’appeler aussi  L’inimitable. S’il y avait un guide Michelin pour son activité, Marlène aurait déjà trois étoiles. Eh non, les filles. Nous n’allons pas déjeuner. Ne soyez pas déçues. Aujourd’hui, nous allons nous occuper de votre tête. Je vous emmène chez l’un des meilleurs coiffeurs de Saint-Étienne. Ah ! J’étais certaine que cela vous plairait !

Pour la petite anecdote, Marlène m’a sauvé la vie ou plutôt les cheveux et mon amour-propre. En octobre 2013, j’étais allée dans un salon de coiffure, que j’éviterai de citer, pas loin de ma nouvelle demeure et j’en étais ressortie avec une coupe Playmobil (même si je n’ai rien contre ces petits bonshommes, il faut avouer que j’étais complètement paniquée). Je vous entends d’ici me dire, « les cheveux, ça repousse. » Certes, mais quand même ! Ma dignité en avait pris un sacré coup. Et le temps que cela repousse, j’allais devoir rester cloîtrer des mois entiers et porter des bonnets pour camoufler le désastre, moi qui n’ai pas la tête à chapeaux.

Puis, aller savoir pourquoi, j’ai téléphoné au salon de coiffure  L’inévitable et là, cela fut le « coup de foudre », si je peux m’exprimer ainsi. J’avais trouvé la perle !

Marlène m’a écoutée, a examiné l’ampleur des dégâts et avec patience, sans s'arracher les cheveux devant la difficulté de la tâche, s’est occupée de ma triste coiffure, de ma petite personne, avec massage, thé ou café. Sa gentillesse, son professionnalisme, son écoute et aussi son coup de ciseaux magique m’a réconciliée avec les coiffeurs.

D’ailleurs, ça me fait penser…Il faut que je prenne mon rendez-vous !

Je vous donne l’adresse les filles, au cas où !;) Vous pouvez y aller de ma part. Marlène ce fera un plaisir de s’occuper de vous !

L’INÉVITABLE

148 Rue de la Richelandière

42100 Saint-Étienne

0477324098

Texte@Laura Mare

A suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

 L'homme parfait existe-t-il ? (suite et fin)

Dans la galerie photo de nos célibataires-sans-enfants, nous avons droit à deux catégories :

ceux qui se connectent en journée, heures de bureau, et ceux qui se connectent dès la nuit tombée.

Là, en pleine journée, ces messieurs doivent forcément être sur leur lieu de travail.

Avant de continuer ses « emplettes », Julie regarde sa montre qui lui indique l’heure du déjeuner. Précipitamment, se lève, attrape son sac et file s’acheter un sandwich à la boulangerie du coin. La jeune femme, tellement pressée de revenir chercher l’homme parfait, en oublie d’éteindre son ordinateur.

Une demi-heure plus tard, là voilà de nouveau devant son écran. Elle clique sur la fiche du deuxième apollon qui lui plaisait et manque de s’étrangler avec son jambon-beurre. Ses joues s’empourprent, ses mains tremblent…

Julie sort du site de rencontre à la vitesse du TGV et essaie de rester calme. Perdue dans ses pensées, la jeune femme n’entend pas son chef entrer. Lorsqu’elle s'en aperçoit enfin, elle sursaute et bredouille un : « encore vous ! »

Son chef la regarde bizarrement sans rien dire. Il lui dépose un dossier sur son bureau et s’en va, sans un mot.

Elle attend qu’il sorte de la pièce, ouvre la pochette et découvre un post-it en guise de dossier :

 Diane la chasseresse ferait bien de chasser ses dossiers si elle ne veut pas finir à Pôle Emploi. 

Julie est honteuse.

Depuis cette mésaventure, elle n’est jamais plus retournée sur un site de rencontre.

Désormais, elle n’écoute plus sa collègue lui raconter en détail ses week-ends féériques. Julie n’éprouve plus le besoin de chercher l’homme parfait. D’ailleurs, croyez-vous qu’il est possible de trouver son idéal dans des catalogues virtuels ? 

La chute de l’histoire de Julie n’est pas celle que vous attendiez ? C’est normal ! Il y a une moralité à cette petite anecdote. Je vous laisse le soin de la trouver et si vous avez la réponse…

 

Merci à Julie de nous avoir fait part de sa petite anecdote. Vous souhaitiez savoir qui était le deuxième « homme parfait » dans ce catalogue ? Hum ! La curiosité est un vilain défaut, paraît-il !!!

Texte@Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

 

Vu le nombre de mails que je reçois pour me réclamer des anecdotes, je vais, moi aussi, vous faire travailler un peu. Qu'en pensez-vous ?

Vous avez 48 heures pour  imaginer la suite de "L'homme parfait existe-t-il ?" avant que je poste la suite.

Allez, à vos claviers !:)

Envoyez-la moi sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Laura Mare

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Panier

Le panier est vide