Régulièrement, vous aurez en page d’accueil, de petits éditos exprimant mes humeurs, mes émotions, mes coups de gueule, mes petits bonheurs ; toujours avec franchise, sans langue de bois !

30

Oui, je sais ! Je n’ai pas posté depuis cinq jours, mais les fins d’années scolaires sont à l’image d’un marathon : il faut tout boucler avant l’été ! Quand je vous dis que la MAF est en burn-out permanent, ce n’est pas une blague. Vous conjuguez le verbe courir à tous les temps et ce, durant trois-cent-soixante-cinq jours (les années bissextiles, on vous fait cadeau d’une journée de rab.) Justement, en parlant de conjugaison…

Il y a quelque temps, votre ado avait un exposé à faire. Il devait trouver les différences entre les métiers d’aujourd’hui et d’autrefois. Oui, dans les collèges, ils adorent donner ce genre de travail à vos enfants. Ils n’ont pas assez de matière à travailler, semble-t-il ! Bien évidemment, vous l’avez aidé dans ses recherches. En général, c’est surtout vous qui cherchez, pas eux ! C’est trop dur, trop long, trop tout… 

Lors de cette quête aux métiers, vous avez bondi plusieurs fois de votre chaise. Si vous saviez le nombre de fautes trouvé dans les articles... Ce n’est plus des coquilles, c’est l’œuf tout entier !!!

Cela vous a tellement agacé que vous vous êtes découvert un nouveau passe-temps : traquer les fautes d’orthographe sur les sites ! Cela semble idiot comme idée et pourtant…Je vous assure qu’il y a matière à travailler. (Peut-être en ferais-je un exposé !)

La médaille d’or est attribuée aux sites d’offres d’emploi (que vous ne citerez pas ici, pourtant cela vous démange). Messieurs les recruteurs, comment pouvez-vous mettre en ligne des postes de responsable, de chef d’entreprise, de cadre, ou autres, sans avoir vérifié leur contenu ? Les avez-vous relues ? Il est vrai, paraît-il que l’orthographe est la science des ânes.

Mais bon, quand même ! Il ne faut pas non plus se laisser aller sous prétexte que seuls les ânes sont forts en orthographe.

Dans votre PC, vous avez désormais un collector d’annonces de postes à haut niveau qui vous laissent perplexe. Combien de fois, cela vous a démangé de leur écrire ? Messieurs les recruteurs, s’il vous plaît, arrêtez le massacre ! Passer une annonce bourrée de fautes n’est pas sérieux. Après on va vous dire : « oui ! On n'a pas eu le temps de relire, c’est ma stagiaire, etc. » Sachez, Messieurs les recruteurs, qu’il n’est rien de plus agaçant de lire des annonces d’offres d’emploi mal orthographiées. C’est vrai, ça ! Vous demandez aux candidats d’écrire correctement une lettre de motivation, ce qui signifie, en général, bien tournée et sans faute de préférence. Est-ce sérieux de poster une offre en ligne sans traquer les erreurs ? Alors, à l’avenir, veuillez faire un peu attention !

Merci de votre compréhension.

Pendant que vous terminez d’écrire votre missive à l’intention des recruteurs, votre Smartphone sonne :

« Allô, c’est toi, chérie ? (qui voulez-vous qui décroche sur votre téléphone, à part vous ?) Dis-moi, tu peux me dire comment tu écris le mot anodin ? Avec un N ou deux N entre le A et le  O ? »

Vous répondez à votre cher et tendre qu’il n’y a qu’un seul N comme dans âne !

Il vous remercie et raccroche.

Vous êtes exaspérée par ce court appel. Bon vous l’avez compris, un Bescherelle s’impose pour la fête des pères.

Texte©Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

29

Devinez ? Aujourd’hui, vous sortez ! Vous allez passer une journée entière hors de chez vous !!! Courir les boutiques, déjeuner au resto, sans mari, sans enfants (pour une fois). Oui, mais voilà, il va falloir vous organiser.

Chez vous ? Comment cela se passe-t-il quand l’homme garde les enfants une journée complète ?

Au ministère, ce n’est pas terrible…

Déjà avant de partir, vous prenez soin de lui faire des listes, vous lui collez des post-its un peu partout : sur la porte du frigo, sur le lave-vaisselle, sur le lave-linge, etc. Oui, vous lui facilitez la vie. Mais, l’un des gros défauts de l’homme (même si l'on sait toutes qu’il en a d'autres) est qu’il ne sait pas chercher. Hier, par exemple, vous lui avez demandé de faire tourner le lave-vaisselle ; il n’a pas pu le mettre en route car il ne trouvait pas les pastilles de lavage. Si vous avez le malheur de lui demander de dresser le couvert, il ne sait jamais où se trouve les assiettes. Vous avez l'impression qu'il est en touriste dans sa propre maison. J’exagère un peu, mais avouez que je ne suis pas loin de la vérité. L’homme est pragmatique dans ce qu’il aime faire et non quand vous le sollicitez. Vous vous posez même des questions : ruse-t-il afin que vous fassiez les choses à sa place ou est-il vraiment perdu dans votre environnement ?

Donc, le plus sage quand vous devez vous absenter du ministère (chose qui arrive rarement voire jamais), vous prenez le temps de tout préparer et de tout noter, sinon les enfants seraient perdus et lui avec, bien entendu !

Vous réunissez toute la tribu et vous leur faites mille recommandations. Tous, vos fripouilles et votre cher et tendre, acquiescent de la tête et vous lance : « t’inquiètes, on gère !!! »

Vous embrassez tout le monde comme si vous partiez pour dix jours, et vous sortez enfin de votre antre étouffant. Dans votre for intérieur, vous êtes tout de même inquiète de les quitter. Cependant, vous les chassez de votre esprit afin d’apprécier cette liberté tant méritée.

Deux heures se sont à peine écoulées que votre portable vous annonce un premier SMS de l’homme : OÙ AS-TU RANGÉ LE DESTOP ?  

Pourquoi a-t-il besoin de Destop ? Rien n’était bouché avant votre départ. Vous ignorez son message malgré le stress qui monte en vous.

Vous continuez vos emplettes comme si de rien n’était (enfin vous essayez). Mais, l’homme est tenace et il vous renvoie un second SMS : TU NE ME RÉPONDS PAS ?

NON !!! Vous ne répondez pas ! Vous tenez bon ! Pourtant, vous commencez à craquer nerveusement. Vous faites appel à votre self-control (toujours légendaire), vous respirez profondément et vous continuez, mais l’esprit perturbé. Vous regardez les boutiques sans les voir. L’envie n’est plus au plaisir, mais au foyer.

Votre Smartphone vous chante un troisième SMS : MAM’S, TU RENTRES QUAND ? J’AI FAIM !

Comment votre ado n’a pas encore mangé ? Ce n’est pas possible, vous aviez tout préparé…

Vous tentez désespérément de feindre le détachement affectif, mais vous êtes au bord de la crise de nerfs. Même à l’extérieur, le burn-out vous guette.

Finalement, votre plaisir est gâché et vous préférez rentrer.

Quand vous ouvrez la porte, ils se jettent tous sur vous comme si vous étiez leur sauveur. Tous parlent en même temps. Vous retrouvez un ministère sens dessus dessous, mais ce n’est pas bien grave car vous l’avez compris, sans vous ils sont perdus.

Tout ça pour vous dire, chères supermamans, que vous êtes formidables. Sans vous le monde s’écroule, ou plutôt le ministère. Je vous souhaite à toutes une « belle fête des Mères » bien méritée.

Texte©Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

28

Aujourd’hui, il vous est arrivé une anecdote des plus déstabilisantes. Serait-ce votre jour de chance ? Vous avez été contactée par une agence de communication de renom. Ils souhaitaient travailler avec vous. Ils ont lu vos chroniques et apprécié, soi-disant, votre parcours professionnel. Si, si ! Je vous assure, ce n’est pas une blague. Ils vous ont gentiment demandé de leur envoyer votre C.V. avant de les rencontrer. Votre égo est regonflé à bloc, vous allez pouvoir prouver à la Société que vous êtes toujours au top de votre forme.

Mais, avant de les rencontrer, ils souhaitent une photo de vous. Et pas n’importe laquelle : une photo en pied, s’il vous plaît ! (pour celles qui ne le savent pas, c’est une photo de vous entièrement). Ils recherchent des responsables pour former des hôtesses. Vous avez été hôtesse dans tous les beaux salons lorsque vous aviez une vingtaine d’années et vous connaissez le métier. Oui, vous n'avez pas toujours été MAF, tout de même ! Seulement, les choses ont évolué ou plutôt les demandes ont évolué…

Une fois, les documents demandés envoyés, ils vous donnent rendez-vous pour vous présenter un job hyper-intéressant qui est fait pour vous (ce sont eux qui le disent). Vous sautez au plafond (façon de parler). Vous êtes heureuse de savoir que vous allez pouvoir occuper vos journées autrement qu’au ministère. Les enfants grandissent. Ils commencent à devenir autonomes. Et surtout, vous avez besoin d’exister autrement qu’à travers votre famille. Pour aller à votre un entretien, vous vous habillez en working girl, cela vous fait un bien fou. (Bon, à part vos pieds qui souffrent car ils n’ont plus l’habitude de braver le pavé en talon.)

L’entretien se passe divinement bien. Vous vous imaginez déjà organiser votre nouvelle vie quand on vous demande de vous faire opérer. Vous regardez votre interlocuteur d’un air débile. « Opérer de quoi ? » Le recruteur vous observe tout sourire, ou plutôt reluque votre poitrine et vous lance un : « une augmentation mammaire, si vous voyez ce que je veux dire ! »

Non, vous ne voyez pas le rapport entre former des jeunes femmes et votre poitrine. Vous avez déjà les hôpitaux en horreur quand vous êtes obligée d’y aller. Alors, passer sur le billard quand c’est pour modifier votre physique, jamais de la vie. En furie, vous vous levez de la chaise et vous claquez la porte. Vexée et hors de vous, vous rentrez chez vous écrire sur ce rustre. Vous êtes tellement en colère que vous ne sentez plus la douleur de vos orteils.

Donc, si vous l’avez compris, pour manager une équipe d’hôtesses, ce n’est pas la forme qu’ils recherchent, ni les compétences, mais les formes. Quelle vie, hein !

Texte©Laura Mare

À Suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

27

Quand le week-end arrive, vous vous dites « chouette ! On va pouvoir se retrouver en famille. » Vous pensez que l’homme va prendre un peu la relève avec les enfants. On les a faits à deux, tout de même ! (enfin, surtout vous). Vous pensez que les enfants, eux, vont ranger leur chambre, trier leur linge sale, faire toutes les petites choses qu’ils n’ont pas eu le temps de faire en semaine car tous étaient trop occupés à l’extérieur. Vous vous levez le samedi matin, ravigotée par cette idée. Et vous avez besoin de P-O-S-I-T-I-V-E-R, surtout après le rendez-vous d’hier. En ce moment, votre numéro deux est en pleine rébellion. Bon d’accord, ça vous a permis de papoter avec la principale du lycée (que vous connaissez bien). Elle vous a convoqué suite à un incident survenu en cours d’Arts plastiques. La prof leur avait demandé de dessiner un objet symbolique d’une image choisie qui tiendrait en format A3. Et votre fifille adorée a osé réaliser un cône. Oui, elle a osé agrandir le cône de Bob Marley. Oh ! Scandale ! Et du coup, ce n’est pas passé inaperçu. Donc vous avez eu droit à une invitation au lycée afin de savoir si votre enfant avait des problèmes de drogue ; non, pas de problème de drogue, mais en pleine crise de revendication, oui ! La prof n’a pas du tout aimé. Vous, vous vous êtes retenue de rire. Vous avez trouvé ça très drôle.

Pendant que vous repensez à tout ça, votre moitié ronfle toujours dans le lit conjugal. La maison peut bien s’écrouler rien ne peut le perturber. Vous montez à l’étage vous préparer un bon café, chose primordiale pour démarrer une journée. Vous pensez vous poser quelques minutes, seule dans la cuisine, mais des petits pas se font entendre dans la chambre du dernier. Vous n’avez pas eu le temps de vous servir votre petit noir qu’il vous appelle. « Maman !!! Je suis réveillé ! » Vous vous dépêchez de grimper les escaliers qui mènent aux chambres des enfants avant qu’il ne réveille pas toute la tribu. Vous le trouvez assis dans son lit en train de jouer avec sa Nintendo. Vous l’embrassez et lui demandez de vous suivre pour qu’il laisse dormir son frère et ses sœurs, qui elles, sont rentrées tard ou tôt ce matin. En vous le levant, vous avez failli les croiser dans le couloir.

Vous préparez le petit déjeuner de votre petite fripouille. Vous allez pour vous servir un café quand vous entendez une voix d’outre-tombe : « chériiiee, tu peux descendre ? C’est urgent ! »

Vous vous précipitez afin de voir de quoi il en retourne. Vous trouvez votre cher et tendre, dixit le sexe fort, agonisant sur le lit. « Chérie, je suis malade ! Je crois que j’ai de la température ! »

Sans un mot, vous êtes déjà énervée, vous allez lui chercher le thermomètre et remontez boire votre café.

L’homme monte enfin vous rejoindre, la tête enfarinée, les yeux mi-clos. Il vous tend le thermomètre comme un trophée : 38.9 °C.

Non, l’homme ne simule pas, enfin vous vous le demandez, parfois quand Il est à l’article de la mort car ça tombe toujours le week-end. Vous l’avez compris, les deux jours en famille seront à l’image de la semaine : bouillante !

On en reparle plus tard, c’est au tour des filles, maintenant, de vous solliciter !!!

Texte© Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

26

À chaque jour son anecdote. Aujourd’hui, c’est un article lu ce matin qui vous a beaucoup amusé. Il y a des fois, on se demande où les journalistes vont pêcher leurs sujets. Mais là, c'était la cerise sur le gâteau. Même s’il est vrai que le sexe dit fort ne s’investit pas beaucoup à la maison vous ne voyez pas en quoi faire le ménage rend heureux. Seulement l’accroche de l'article vous a poussé à la curiosité ; vous deviez A-B-S-O-L-U-M-E-N-T le lire !!!

« Les tâches ménagères au cœur de la santé du couple. »

Il paraîtrait que les hommes qui sont allergiques au fer à repasser sont moins heureux. Vous ne le croyez pas ? Ce n’est pas moi qui le dis, c’est un sondage fait auprès de 2349 couples.

Croyez-moi, faire le ménage ne vous a jamais rendu euphorique. Et vous non plus, je suppose. À moins d’être maso. Vous vous ne levez pas le matin, chantonnant, « j’ai du ménage à faire ! » Non, vous vous dites plutôt « encore le ménage ! ».

Vous avez bien essayé de faire un emploi du temps à l’intention de la tribu en les nominant chacun leur tour pour vous décharger. Mais, tous on fait mine de ne rien voir. Oui, parfois, ils sont experts en cette matière. Déjà quand vous leur demandez quelque chose, ils font semblant d’être sourds. Cela vous a valu des visites chez l’ORL afin de vérifier s’ils n’avaient pas de problème d’audition. À force de mettre leurs écouteurs dans les oreilles, on ne sait jamais. Mais, quand ils vous appellent et que vous ne leur répondez pas tout de suite (vous n’avez pas de perte d’audition, je vous rassure, mais vous faites comme eux), ils osent vous lancer un : « mam’s, t’es sourde ou quoi ? »

L’homme est, lui aussi, un grand comédien pour éviter les tâches ménagères. Vous comprenez mieux depuis votre lecture de ce matin la raison de son manque d’entrain. IL NE REPASSE PAS ASSEZ SES CHEMISES !

Dans un mois, c’est la fête des pères, et vous savez ce que vous allez lui offrir : une centrale vapeur ! Finalement, si le ménage le rend heureux, pourquoi ne pas le laisser faire !

Alors, les MAF, pourquoi se plaindre ? Finalement, j’ai bien fait de le lire cet article. Vous avez désormais une idée de cadeau à faire à votre cher et tendre !!!

Texte© Laura Mare

À suivre !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Panier

Le panier est vide