Régulièrement, vous aurez en page d’accueil, de petits éditos exprimant mes humeurs, mes émotions, mes coups de gueule, mes petits bonheurs ; toujours avec franchise, sans langue de bois !

Et un point en moins !

Il devient de plus en plus rare de recevoir du courrier dans sa boîte aux lettres. Souvent, le facteur ne s’arrête même plus devant chez vous, à part en période des fêtes, où il fait la tournée des calendriers, seul moment dans l'année où il se rappelle de votre existence.

Mais aujourd’hui, vous avez reçu un courrier et pas des moindres…Avec l’entête de la République Française et non timbrée…Qui pouvait bien vous écrire ?

Lire la suite : Et un point en moins !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Ménagère de moins de cinquante ans !

Plus pour longtemps…

J’ai eu chaud ! En soufflant mes quarante-huit bougies j’ai encore échappé à entrer chez « les séniors », mais j’en prends le chemin…comme tout le monde, d’ailleurs !

Encore deux ans et je ne ferai plus partie de la sacro-sainte ménagère de moins de cinquante ans ! J’ai hâte de voir ce que propose la publicité après cette étape anniversaire.

Ces termes peu aimables à l’encontre de la femme me font bondir de ma chaise. Pas vous ? Depuis combien d’années nous voit-on affubler de ce genre de propos ? Depuis deux générations, je pense ! À l’époque, la femme était comblée de cadeaux « utiles ». Vous voyez ce dont je veux parler ? NON ! Combien d’entre vous, on vu leur mère se faire offrir pour les fêtes ou anniversaires un aspirateur, une cocotte-minute, un robot ou autres machins-trucs de cuisine. Toujours pour la maison. Aujourd’hui tout ceci est révolu ! Place aux cadeaux (F)utiles ; du parfum, une manucure, une paire de chaussures…

C’est vrai, ça ! À vingt-cinq, fini la carte jeune. La société vous éjecte subitement dans une autre catégorie de femmes. Vous passez dans la case supérieure des trentenaires comme si le fait de passer de vingt-neuf ans à trente ans vous rendait subitement adulte. À trente-cinq on vous propose des crèmes antirides pour préparer votre peau. À quarante ans, on vous parle déjà de préménopause. Jamais dans la société on ne vous laisse oublier le temps qui passe. Comme si, vous-même, étiez sénile et ne saviez pas que les années allaient vous ramollir le corps. Cependant, ils ont oublié que le cerveau, lui, reste intact ! Alors, je me demande ce qu’on me proposera dans deux ans ? Et surtout que devient la ménagère après cinquante ans pour la société ? Vivement mes cinquante printemps !!!

Et vous ? Où en êtes-vous ?

Texte@Laura Mare

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Février est à nos pieds avec ses festivités, ses carnavals. Je vous emmène à Venise à bord de l'Orient Express. Quelques lignes choisies de mon roman "Rendez-vous à Venise" :

Lire la suite : Rendez-vous à Venise !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Viré en quinze jours.

Trois petits tours et puis s’en vont…dit la chanson. Mais la réalité est loin d’être cela. Viré en quinze jours, sans motif, sans raison. Vous y croyez, vous ? Eh bien, c’est pourtant ce qui s’est passé. Aujourd’hui, il y a deux sortes de salariés ; ceux en burnout, ceux qui se font virer. Celui dont je parle est dans le second cas. Et, il vient grossir le nombre de chômeurs. Fort de son expérience, de son intégrité, il n’a pas été remercié pour son manque de travail, mais parce qu’il faisait bien son travail. Oui, vous lisez bien ! Aujourd’hui, on n’a plus le droit de dire aux autres que tout va mal. Beau monde d’hypocrisie et de mensonges. On ne vous choisit pas pour vos compétences, votre savoir, votre expérience, on vous choisit souvent à vos mensurations, à votre apparence. On préfère le superficiel au réel.

Après dix-sept mois de recherche d’emploi, la conseillère Pôle emploi lui a juste un lancé un :« il faut que ça avance ! »

Ahah ! Comment voulez-vous que ça avance ? La France est en lambeaux, les entreprises coulent à l’image du Titanic, les impôts nous étouffent, l’air est devenu irrespirable tant l’agressivité est partout. Alors, il veut bien avancer, mais pour aller où ?

Trois petits tours et puis s’en vont…Fermons les yeux et tentons de croire au retour des valeurs.

Texte@Laura Mare

 

J’attends vos témoignages si vous avez vécu cette situation.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

La folie des hommes.

L’aube ne s’est pas levée ce matin. Elle a peur. Peur de la folie des hommes qui se déchirent entre eux.

La lune n’est pas venue cette nuit. Elle se cache. Elle ne veut pas éclairer le monde qui s’entretue. Ce monde où la guerre et la haine sont reines.

Le ciel ne sourit plus. Il pleure. Il déverse ses larmes sur la Terre endeuillée. Mais où est passée la lumière ? La lumière c’est la vie. Sans elle, tout est mort…

Tout s’est arrêté. Le temps s’est arrêté.

Dans l’obscurité, j’allume une bougie. La flamme scintille, silencieuse, pour implorer les cieux. Pour arrêter le massacre. Pour rallumer l’espoir. Atteindra-t-elle le cœur des hommes ?

Je ferme les yeux très fort et de toute mon âme je m’efforce de croire que demain, l’aube se lèvera de nouveau. Que la lune reprendra sa place. Que le ciel retrouvera ses couleurs. Que la folie des hommes s’arrêtera pour laisser place aux rêves. Aux rêves d’espoir et de paix où la folie des hommes n'existe pas.

 

Texte@Laura Mare

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Panier

Le panier est vide